x Hello!
Log in here to add your story.

Olavi Murto (1911-1971), 1er ambassadeur de Finlande auprès des Communautés européennes en 1964

01.01.1911
Original language : French

Olavi Murto sera nommé premier ambassadeur de Finlande auprès de la CEE en 1964, trente ans avant l’adhésion de la Finlande à l’UE en 1995. Son fils ambassadeur, Charles Murto, retrace son parcours de diplomate entamé en juin 1939 à Moscou.

Mon père, Olavi Murto, sera le premier ambassadeur de Finlande auprès de la CEE, la CECA et l'Euratom en 1964. Dans ce poste, il rencontre par deux fois le président de la Commission, Walter Hallstein. Une première fois à son arrivée en 1963. Une seconde, en 1964, pour lui présenter ses Lettres d'accréditation. Mon père, qui parlait très bien l’allemand, m'a raconté qu'ils avaient pu échanger des souvenirs de jeunesse sur leurs exploits respectifs à vélo dans l'Allemagne des années vingt et trente.

Mon père a commencé sa carrière diplomatique à l´ambassade de Finlande à Moscou au mois de juin 1939. Il a suivi de très près les négociations qui ont précédé la « Guerre d´hiver ».
En 1941, il est envoyé à l’ambassade de Finlande à Bucarest. Là-bas, il rencontre ma mère et l’épouse en 1943. Peu après, mes parents quittent la Roumanie pour la Finlande.
En 1947, mon père est en poste comme premier secrétaire à l’ambassade de Finlande à Prague, lorsque l'URSS et les communistes tchèques prennent le pouvoir en Tchécoslovaquie.
Je suis né à Prague en janvier 1949, quelques semaines avant le départ de notre famille pour Bruxelles, où mon père sera premier secrétaire d’ambassade de 1949 à 1952. À cause du rideau de fer, je ne connaîtrais jamais ma famille roumaine. En 1964, mon père est nommé premier ambassadeur de Finlande auprès de la CEE. La décision de la Finlande de nouer les relations diplomatiques avec la CEE sera décisive et inaugurera le long chemin qui aboutira à l'adhésion de la Finlande en 1995.
Lorsque mon père est en poste à Bruxelles de 1963 à 1967, je suis scolarisé à l'École Européenne d'Uccle. Je serai le premier finlandais à décrocher un baccalauréat européen en 1967.

Cette histoire fait partie du projet éditorial « L’Esprit de Rome ». C'est le récit d'un idéal de paix, à travers l'histoire de la première génération de fonctionnaires européens. Contée par leurs enfants, c'est l'histoire de celles et ceux qui ont été les chevilles ouvrières de l’Europe.

Olavi Murto sera nommé premier ambassadeur de Finlande auprès de la CEE en 1964, trente ans avant l’adhésion de la Finlande à l’UE en 1995. Son fils ambassadeur, Charles Murto, retrace son parcours de diplomate entamé en juin 1939 à Moscou.

Mon père, Olavi Murto, sera le premier ambassadeur de Finlande auprès de la CEE, la CECA et l'Euratom en 1964. Dans ce poste, il rencontre par deux fois le président de la Commission, Walter Hallstein. Une première fois à son arrivée en 1963. Une seconde, en 1964, pour lui présenter ses Lettres d'accréditation. Mon père, qui parlait très bien l’allemand, m'a raconté qu'ils avaient pu échanger des souvenirs de jeunesse sur leurs exploits respectifs à vélo dans l'Allemagne des années vingt et trente.

Mon père a commencé sa carrière diplomatique à l´ambassade de Finlande à Moscou au mois de juin 1939. Il a suivi de très près les négociations qui ont précédé la « Guerre d´hiver ».
En 1941, il est envoyé à l’ambassade de Finlande à Bucarest. Là-bas, il rencontre ma mère et l’épouse en 1943. Peu après, mes parents quittent la Roumanie pour la Finlande.
En 1947, mon père est en poste comme premier secrétaire à l’ambassade de Finlande à Prague, lorsque l'URSS et les communistes tchèques prennent le pouvoir en Tchécoslovaquie.
Je suis né à Prague en janvier 1949, quelques semaines avant le départ de notre famille pour Bruxelles, où mon père sera premier secrétaire d’ambassade de 1949 à 1952. À cause du rideau de fer, je ne connaîtrais jamais ma famille roumaine. En 1964, mon père est nommé premier ambassadeur de Finlande auprès de la CEE. La décision de la Finlande de nouer les relations diplomatiques avec la CEE sera décisive et inaugurera le long chemin qui aboutira à l'adhésion de la Finlande en 1995.
Lorsque mon père est en poste à Bruxelles de 1963 à 1967, je suis scolarisé à l'École Européenne d'Uccle. Je serai le premier finlandais à décrocher un baccalauréat européen en 1967.

Cette histoire fait partie du projet éditorial « L’Esprit de Rome ». C'est le récit d'un idéal de paix, à travers l'histoire de la première génération de fonctionnaires européens. Contée par leurs enfants, c'est l'histoire de celles et ceux qui ont été les chevilles ouvrières de l’Europe.

Dear Visitor,
By visiting our website and using our platform, you agree to the Terms and Conditions.
We use analytics cookies to offer you a better browsing experience. You have the choice to refuse or accept them.
You can learn more about this in our Cookies Policy